L'histoire de Sophie : bloquée au FICP

Le fichage en Banque de France pour les incidents de crédits des particuliers (FICP) est une mesure d'information/protection contre le surendettement. Même s'il n'existe aucune interdiction légale au niveau des banques, ce fichage bloque, en pratique, la souscription de tout nouveau crédit.


S'il s'agit clairement d'une mesure de bon sens, le fichage n'atteint paradoxalement pas toujours l'objectif de règlement des dettes impayées qu'il prétend viser. Illustration avec Sophie, cliente de Concilys, qui a vu le fichage FICP bloquer ses chances de pouvoir payer son créancier et aller de l'avant.


Sophie, célibataire et enceinte, disposait d'un crédit auto. Jeune, avec un emploi rémunérateur et stable, elle représentait une bonne cliente potentielle pour n'importe quelle banque (perspectives de placement de produits de financement immobilier, d'épargne, d'assurance et autres). Seulement voilà, Sophie a connu des complications à l'accouchement assorties d'un retard de versement de ses indemnités journalières. Sans revenu durant les six mois d'arrêt maladie, Sophie n'a pu payer les mensualités de son crédit auto et la banque a prononcé la déchéance du terme.


La situation était donc devenue la suivante : Sophie devait payer la totalité du crédit, immédiatement. Elle n'avait bien évidemment pas de cash pour régler une telle somme et, lorsque sa situation est revenue à la normale (retour au travail, perception du salaire), une désagréable surprise est apparue : "vous avez techniquement tous les paramètres au vert mais, comme vous êtes fichée FICP à la Banque de France, personne ne peut vous accorder de crédit pour réétaler votre dette" - dixit la banque.


Même l'huissier de justice en charge du recouvrement (qui a bien d'autres dossiers, plus complexes à traiter) n'en revenait pas : la solution est à portée mais il va falloir attendre cinq ans que le fichage tombe. À plusieurs reprises, la question du dépôt d'un dossier de surendettement s'est même posée pour Sophie.


Heureusement, la technique du portage solidaire a permis à Sophie de sortir de cette situation. Concilys a fait connaître sa mésaventure à des investisseurs privés qui ont acquis le risque financier auprès de la banque et ainsi permis à Sophie d'être défichée, de reprendre confiance en elle et de souscrire un nouveau crédit pour réétaler la dette.


Cette histoire s'est bien finie mais, hélas, cette situation hallucinante reste le cauchemar quotidien de milliers de français(es), surtout par les temps qui courent.



51 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout