CONCILYS

Vos dettes sont entre de bonnes mains.

4 LOGOS.png
 

À propos de nous

Quand on est fiché(e) FICP (Banque de France) ou même interdit bancaire, il est toujours possible d'agir, de vivre normalement, de financer des projets essentiels (même à crédit !) et de sécuriser son entourage, à condition d'être bien accompagné(e).

Notre métier : vous aider à régler vos dettes

L'équipe Concilys est experte de la gestion de passif, des questions liées au surendettement et peut faire appel à la solidarité financière pour vous aider efficacement à vous en sortir.

En réunissant une communauté d'investisseurs engagés contre l'exclusion financière et un cabinet de conseil en gestion de patrimoine certifié, la marque Concilys s'impose depuis 2019 comme un véritable couteau-suisse de la résolution des difficultés d'endettement, capable de repousser les limites traditionnelles du secteur.

L'humain étant notre priorité, nous avons décidé de nous servir des outils numériques pour simplifier notre intervention, la rendre toujours plus facile d'accès et ainsi permettre à l'écoute empathique d'occuper la place centrale qui lui revient dans un processus d'accompagnement digne de ce nom. 


Et parce qu'il n'y a pas de "clan" créancier ou débiteur mais seulement un financement à trouver pour contenter tout le monde, Concilys dialogue avec son client et avec le bénéficiaire du paiement dans un souci de transparence et de bienveillance.

Notre cabinet : un expert certifié

OptiGenius Patrimoine est un cabinet de conseil en gestion de patrimoine. Ses dirigeants opérationnels sont tous certifiés CGP-CIF.

Le numéro de matricule ORIAS de la structure est le 18000713. Nos deux principaux régulateurs sont l'Autorité de Contrôle Prudentiel (ACPR) et l'Autorité des Marchés Financiers (AMF).

LogoACPRbd.jpeg
1200px-AMF_2003_logo.svg.png
orias-registre.jpeg

Qu'est-ce que le FICP ?

samuel-regan-asante-uRcbqaiKkKo-unsplash.jpg

La Banque de France gère le Fichier des Incidents de Crédit des Particuliers (FICP)

Le Fichier des Incidents de Crédit des Particuliers (FICP) est un fichier géré par la Banque de France et dont les règles d'inscription, de consultation et de radiation sont prévues par un arrêté du 26 octobre 2010.

L'objet du fichier est de recenser tous les incidents de paiement non-régularisés liés à des contrats de crédit bancaire. Ces incidents sont déclarés par les organismes habilités à délivrer ces produits de financement.

Ceux-ci procèdent à l'inscription de l'emprunteur défaillant s'il ne régularise pas deux échéances impayées (ou, selon les cas, s'il ne les régularise pas au bout de 60 jours).

Pour octroyer un crédit, une banque doit obligatoirement consulter ce fichier. En cas d'inscription, l'emprunteur risque donc fort de ne plus pouvoir emprunter.

Quand sort-on du FICP ?

Toute inscription au FICP est valable pour une durée de 5 ans (7 ans si l'inscription est la conséquence du dépôt d'un dossier de surendettement). Cela signifie qu'un emprunteur fiché pour plusieurs crédits ne sera pas défiché au bout de 5 ans mais 5 ans après la dernière inscription. Nuance.

Le système a été pensé pour qu'une radiation anticipée soit possible si l'emprunteur procède au paiement intégral des sommes restant à devoir. 

Pour sortir du FICP avant la date de radiation, il faut donc pouvoir solder l'impayé intégralement.

Plusieurs options s'offrent alors à l'emprunteur pour financer ce paiement.

Une fois payé, le créancier dispose d'un délai de 48 heures pour procéder à la radiation de l'inscription au fichier.

nathan-dumlao-5Hl5reICevY-unsplash.jpg

L'inscription au FICP est valable 5 ans

Le rachat de crédit est-il possible
quand on est fiché FICP ?

leon-seibert-9i5eqBarv-k-unsplash.jpg

Le rachat de crédit FICP est possible même s'il reste rare en pratique

Contrairement à une idée reçue tenace, il n'est pas interdit à un organisme de crédit d'octroyer un prêt à une personne fichée FICP auprès de la Banque de France.

 

L'arrêté de 2010 est d'ailleurs très clair sur ce point : "Toutefois, l'inscription d'une personne physique au sein du fichier n'emporte pas interdiction de délivrer un crédit" (article 2 I de l'arrêté du 26 octobre 2010).

En pratique, il est vrai que rares sont les organismes qui le proposent et les situations qui le permettent. Le rachat de crédit hypothécaire (propriétaires seulement donc) est le seul type de produit qui semble réellement disponible pour solder directement une dette fichante.

Certaines sources, sur internet, évoquent le micro-crédit social mais le rachat de dettes ne fait pas partie des projets éligibles.

Comment sortir du FICP sans passer par le rachat de crédit ?

C'est la question à laquelle de nombreuses personnes tentent de répondre. Parfois avec un goût amer d'injustice.

 

Exemple : j'ai eu un accident de vie avec une perte de revenus temporaire. Maintenant, je dois la totalité du montant du crédit (suite à la déchéance du terme) et je ne peux plus emprunter la somme car je suis fiché(e). Pourtant, je suis aujourd'hui revenu(e) à meilleure fortune, j'ai retrouvé un emploi et j'ai la capacité, sur le papier, de contracter cet emprunt. 

La fausse bonne idée : le prêt entre particuliers

Évidemment, si les sommes en jeu sont modestes et que les particuliers sont des personnes de (très grande) confiance : feu vert.

kelly-sikkema-TvZnwqY_Xsc-unsplash.jpg

Les solutions disponibles pour financer une sortie du FICP sont alternatives et complexes

Mais, la réalité du prêt entre particuliers, c'est généralement une multitude d'arnaques sur internet et des amitiés brisées voire des familles crispées.

 

Mettre les pieds là-dedans, c'est prendre un grand risque de voir augmenter ses difficultés ou de contaminer son entourage.

 

À noter aussi, concernant ce type de financement : il doit, au delà d'un certain seuil, être soumis à la formalité de l'enregistrement (via le formulaire n°2062 à adresser au centre des impôts).

De surcroît, sans le conseil d'un professionnel, on peut même se créer des difficultés supplémentaires. Un bon exemple : les parents empruntent et soldent le prêt d'un de leurs enfants inscrit au FICP. Il s'en sort et rembourse chaque mois les mensualités à ses parents. Si les parents décèdent brutalement, l'enfant sera susceptible de devoir rapporter les sommes restant à devoir à la succession et il faudra peut-être même que les héritiers renoncent ensemble à la succession afin d'éviter d'avoir à payer le prêt pour accéder aux actifs (ex : la maison de famille). Ambiance garantie !

La vente avec faculté de rachat (ou vente "à réméré")

La vente avec faculté de rachat est une opération immobilière (réservée aux propriétaires donc) qui consiste à vendre un bien à une personne (généralement, une société de portage immobilier), laquelle s'engage, pour un certain temps, à maintenir les personnes dans les lieux contre le paiement d'un loyer et leur permettre de racheter le bien à tout moment à un prix fixé à l'avance.

Ce modèle connaît des variantes infinies (avec une version démembrée notamment) mais présente toujours le même défaut : son coût pour le bénéficiaire et le risque de perdre un actif (en l'occurence : son logement).

 

La vente avec faculté de rachat a (très) mauvaise réputation et c'est, dans la plupart des cas, amplement justifié : plus-values colossales, biens non rachetables et drames humains ont souvent été la conséquence de cette opération, essentiellement parce qu'elle peut être mise en place par des professionnels peu formés et pas toujours très scrupuleux.

Néanmoins, il existe quelques marques qui manient cet outils dans un esprit de solidarité et il faut être bien accompagné afin de les trouver, de s'assurer de la viabilité du projet et de négocier l'opération au meilleur prix.

Le portage solidaire

Le portage solidaire consiste à "mettre sur le marché" son endettement en espérant que des investisseurs (généralement : un réseau d'investisseurs) décident de l'acheter.

 

Juridiquement complexe, cette opération nécessite que le débiteur ait fait évaluer sa situation auprès d'un cabinet spécialisé. Si les investisseurs sont convaincus que la personne a un potentiel de rétablissement à court-terme, il vont saisir l'opportunité financière et proposer au créancier une transaction qui consistera à faire sortir la position financière des comptes de la banque pour la stocker dans leur patrimoine en attendant le paiement définitif.

Le débiteur est alors défiché auprès de la Banque de France et le recouvrement est adouci. Cette situation est propice pour retrouver un crédit, payer les investisseurs et repartir.

Cependant, attention, cette piste ne concerne que ceux qui sont sûrs de pouvoir remprunter (et, là, la qualité du professionnel qui accompagne le débiteur joue énormément). En cas d'erreur de calcul ou d'excès de confiance, le piège peut se refermer sur la personne car, les investisseurs, bien moins équipés que les banques pour supporter une immobilisation de leurs fonds à long-terme, en arriveront, dès les premiers signes de complication dans la recherche de crédit, à durcir de nouveau le recouvrement, voire à accélérer les procédures. 

C'est donc un excellent moyen de s'en sortir mais il faut valider la faisabilité et la viabilité de l'opération avec un professionnel sérieux.

Les autres méthodes

Il y a assez peu de t-shirts à taille unique matière de solutions de refinancement. Mises à part les méthodes précédentes que l'on a vu se standardiser depuis quelques années (et encore !), il en existe autant qu'il existe de problématiques.

En vous faisant accompagner d'un professionnel aguerri, vous allez pouvoir vérifier que vous n'avez pas la solution sous les yeux sans vous en rendre compte (c'est le cas dans un bon nombre de dossiers d'ailleurs). Il est ensuite envisageable de s'appuyer sur certains dispositifs sociaux, sur certains établissements de crédit et sur le relationnel de votre accompagnant pour négocier la mise en place d'un financement en contrepartie de la présentation (ou de l'obtention) de certaines garanties.

La seule limite, ce sera toujours la même : la personne est-elle en mesure de supporter le paiement final (ou le remboursement) des sommes si la levée du fichage devait intervenir ? Rien n'est moins sûr parfois.

Que faire lorsqu'on ne peut pas financer son défichage ? 

Emprunter ou bénéficier d'une méthode alternative pour lever le fichage et pouvoir remprunter sont des options réservées à ceux qui cochent déjà toutes les cases du bon profil emprunteur (ou presque) avant la levée du FICP (ou de l'interdiction bancaire).

La désagréable frustration liée au refus de crédit peut alors faire son apparition lorsqu'on travaille dur, mais en tant qu'intérimaire, et qu'on se voit refuser l'accès au crédit parce que les revenus ne sont pas suffisamment stables pour l'organisme prêteur ou les investisseurs.

Il faut pourtant s'y résoudre. Comme le Covid l'a démontré, la stabilité d'un revenu fixe confortable est le nec plus ultra.

Que faire alors ? Se laisser glisser dans le toboggan de la dépression ? Faire l'autruche ? Déposer un dossier de surendettement ? Grave erreur, rien n'est perdu !

luis-villasmil-mlVbMbxfWI4-unsplash.jpg

L'emprunt ou le financement "flash"

apparaît trop souvent comme la seule issue

Faites diagnostiquer votre situation

À l'heure où vous comptez chaque centime, vous pourriez peut-être vous dire que ce n'est pas le moment d'investir dans un accompagnement. C'est un tort. Le diagnostic de votre situation va vous permettre de remettre de l'ordre dans la représentation que vous vous faites de votre endettement : ce n'est pas toujours celui qui hurle le plus fort qui est à deux doigts de vous saisir ! Et il existe de nombreuses ressources qui, sans que vous le sachiez, sont à votre disposition pour faire face à certaines charges ou à certaines dettes. Dans votre propre budget, parfois, se cache un trésor que vous ne soupçonnez pas.

Communiquez intelligemment avec votre créancier

Grace à l'intervention d'un cabinet de conseil en gestion de patrimoine, faites réaliser un cadrage de situation à transmettre à votre créancier. Lorsqu'il s'agit d'une institution financière, votre interlocuteur est beaucoup plus rationnel que ce que vous imaginez. Avec des paramètres financiers et patrimoniaux validés par un expert indépendant et certifié, il ne pourra que prendre en considération vos capacités réelles de paiement et, ainsi, s'accorder avec vous sur un échéancier viable qui permettra d'avancer dans le temps sans essorer votre budget.

À l'appui d'une négociation, certaines garanties et dispositions peuvent également être présentées au créancier pour obtenir les délais et/ou facilités que vous demandez. Comme toujours, il vous faudra être bien accompagné dans cette démarche.

Ne désespérez-pas : une vie normale est possible

Le fichage est une source de difficultés et de frustration, c'est certain. Cependant, il existe des mécanismes et des dispositifs qui vous permettent de financer l'acquisition d'un véhicule, de prendre en charge certains impayés légers ou de lever des fonds pour engager une reconversion professionnelle réussie.

Le fichage ne vous interdit pas non-plus de faire les bon choix fiscaux, d'alimenter une épargne performante en vue de projets futurs ou de préparer votre retraite.

Témoignages

Valérie L.

Très bien je conseille… ce sont des personnes humaines et qui prennent le temps par rapport à votre situation financière et trouvent des solutions adaptées et rapide encore un grand merci à eux.

Qu'est-ce que l'interdiction bancaire (ou fichage FCC) ?

Parfois confondu avec le fichage au FICP, l'interdiction bancaire désigne l'interdiction faite à une personne d'émettre des chèques ou d'utiliser une carte bancaire, à la suite :

  • d'un chèque sans provision rejeté

  • d'une décision de justice

  • d'un usage abusif de sa carte bancaire

La personne est alors inscrite au Fichier Central des Chèques (FCC) pour 5 ans (concernant les chèques) ou pour 2 ans (concernant les cartes bancaires).

La seule hypothèse de levée anticipée du fichage est la régularisation des impayés.

dylan-gillis-xKmXZ4Fv63w-unsplash.jpg

Le FCC recense les impayés relatifs à des chèques ou des cartes bancaires

Ils nous ont vu grandir !

Croissance Cys.png

Saisie du véhicule

Il est possible, sous certaines conditions, de financer le rachat de votre véhicule saisi ou d'en acquérir un nouveau alors que vous êtes fiché(e) FICP ou interdit bancaire. 

Ce type de demande nécessite un accompagnement de qualité afin de monter un dossier solide qui reflète votre besoin et votre volonté de vous en sortir.

Notre équipe est formée et compétente pour évaluer la faisabilité de ce type de projet et pour le montage du dossier.

La tech au service de la finance solidaire

Concilys développe des outils prédictifs qui mettent en avant les nouveaux critères financiers comportementaux.

Cette grille de sélection permet à nos partenaires bancaires de compter sur une pré-sélection de profils plus solides et plus stables que ceux déterminés sur les seuls taux d'endettement et reste à vivre.

Toute notre data est analysée et traitée en interne, à l'aide de logiciels intégralement développés par nos propres informaticiens. 

Ainsi, nous garantissons à nos clients que leur expérience permettra d'aider d'autres personnes en difficultés dans le strict respect de la confidentialité et du règlement européen sur la protection des données personnelles.

C'est aussi cela, l'économie circulaire !

Echelle.png

Créancier ou mandataire ?

cross-table-hand-shake.jpg

Le recouvrement peut parfois être une expérience difficile pour un créancier.

 

De nombreuses questions se posent à lui : quand pourrais-je bénéficier de la trésorerie associée à ma créance ? quels risques en termes de responsabilité, d'image de marque ?

 

Dans certains cas, le refinancement est la solution pour le débiteur mais aussi pour son créancier.

Concilys vous donne gratuitement toutes les clés en mains pour diriger votre débiteur vers nos services et met à votre disposition une plateforme gratuite de suivi de vos dossiers en cours.